Après avoir fait ses premières armes dans les cafés-théâtres de la capitale, Malik Bentahla s’offre une médiatisation grâce au Jamel Comedy Club. Après une visibilité offerte par la première partie du spectacle de Jamel, il se lance en 2010 vers une épopée solitaire avec son premier « One Man Show » intitulé « Malik Bentalha se la raconte« . Le Bataclan, le Casino de Paris et la Cigale sont certes l’équivalent de sa garçonnière, mais le prodige a récemment pris d’assaut la Province.

Si le Jamel Comedy Club a su renouveller le « One Man Show », et il a aussi eu le malheur de nous sortir un florilège d’humoristes en masse poussant parfois à l’indigestion. Même si les spectacles de Thomas N’Gijol, de Fabrice Éboué et du Comte de Bouderbala m’avaient donné satisfaction, c’est avec cette appriori faut-il dire « merdique » que j’ai pris le risque d’aller voir Malik Bentalha croyant assister à une sorte d’écologie humoristique avec un Jamel recyclé. Cette perception, possiblement faussée, prenait racines dans de nombreux reportages TV où le jeune humoriste était inéluctablement décrit comme « le clone de Jamel« .

Et comme quoi les aprioris ne sont pas toujours justifiés, le mec m’a mis une fessée notamment par son talent sur l’improvisation. De ses premiers pas à  Laudun-l’Ardoise dans le Gard (merci Wikipédia) jusqu’à son arrivée à Paris, il raconte avec finesse les épreuves de son parcours suscitant le sourire, forçant le rire et c’est surtout lorsqu’il lâche sa trame qu’il excelle, qu’il fait la différence et qu’il transpire le talent.

La plupart des humoristes ont cette capacité à vous impliquer dans le spectacle avec des vannes qui se veulent improvisées, induites par la réaction de la salle, mais qui suivent l’humoriste pendant la tournée. On retrouve ces mêmes vannes à Paris, Lille, Bordeaux … voir lors de passage TV avec cette douce sensation de s’être fait voler un peu de sa naïveté. Si l’improvisation n’est pas l’essentiel du spectacle, elle apparaît au moment opportun, dynamisant le show et offrant ainsi au public une petite touche d’exclusivité.

Malik Bentalha ne m’a pas volé ma naïveté ce soir là, il m’a juste volé 26 euros et je n’oserai pas lui en tenir rigueur. Je vous invite à le voir sur scène en priorité avant de vous replier au pire des cas sur le DVD.

IFRAME

 

1er Décembre – Montre :

1er Décembre – Montre :