Barbichette.fr

Facebook Twitter Instagram Rss App iPhone App Android
Art de Vivre / High Tech

Facebook : norme sociale ou arme anti-sociale ?

Bien plus habitué aux articles dédiés au lifestyle masculin ou au sport, je voulais profiter de ce retour de vacances pour vous soumettre ma réflexion et vous proposer un article orienté culture & high-tech. Lors d’un séjour estival, je me suis questionné sur l’intérêt social de Facebook. Bouleversé par le comportement de mes amis et l’importance prise par le réseau social dans notre quotidien, j’ouvre la discussion pour savoir si à trop vouloir être social, Facebook ne serait-il pas devenu une arme anti-sociale ? Je fais référence là à l’utilisation privée du réseau et non pas professionnelle comme je peux le faire avec le blog.

Facebook à la conquête du web et de notre vie

Une ascension fulgurante

Formidable outil marketing pour les marques, lien social indiscutable pour suivre ses amis pour les particuliers, risque affligeant pour les protecteurs de la vie privée … Facebook a réussi a conquérir le monde en moins de 10 ans transformant ainsi la douce utopie de Mark Zuckerberg en une réalité presque accablante.

Prônant pourtant que son réseau social n’a pas été créé pour être une entreprise mais pour remplir une mission sociale, Mark affirmait pourtant que son souhait le plus fou était qu’on se connecte désormais à Facebook et non plus à Internet. L’actualité récente avec la volonté de centraliser l’information directement sur Facebook semble donc bien en accord avec sa démarche.

Une prise de conscience estivale

C’est pendant ces quelques semaines de vacances, peut-être frappés par une insolation, que j’ai pris conscience de la tournure des évènements : c’est presque mutilés par des perches à selfie, et percutés par deux ou trois badauds concentrés sur leur smartphone que je me suis dit que le monde était en train de mal tourner, et que j’étais moi même un des acteurs de cette déplorable révolution.

Une génération renfermée ?

Lors de son ouverture au monde en 2007, Facebook était l’outil le plus stupéfiant : la communication étant à l’époque moins aisée que de nos jours, l’outil avait l’avantage de nous permettre de suivre nos amis, de rejoindre des évènements et de suivre la vie de la faculté. A cette époque, Facebook apparaissait comme un simple lien social, une passerelle pour se tendre la main.

En 2015, le constat est bien plus décevant, le vent à tourné, les mentalités aussi et notre génération fascinée par l’ouverture au monde s’est finalement vue remplacée par une génération mégalo-narcissique repliée sur elle-même : les albums photo ne se regardent plus en famille, ils se dévoilent sur Instagram, et les éternels amis d’enfance se sont transformés en mecs qu’on a croisés à la soirée d’un type. Vous allez me dire que c’est l’hôpital qui se fout de la charité. Sûrement mais mon profil public n’est que très peu alimenté, et mon utilisation quasi-exclusivement professionnel.

Ma lettre ouverte à Monsieur Zuckerberg

Suis-je dépassé par les évènements ? Non, je ne le pense pas. L’outil technologique a pour vocation d’offrir le progrès, de simplifier la vie et non pas de la compliquer. Les couples se lâchent la main pour leur smartphones, les photographies de famille sont remplacées par des selfies et nos timeline Facebook ne sont plus les témoins de notre vie sociale mais plutôt de la vie semble-t-elle plus excitante des autres.

Le contact humain, la découverte de l’autre ont laissé place à une vitrine numérique au travers de laquelle on expose notre vie sans prendre la peine de la raconter, de témoigner de nos propres expériences.

C’est dans ce contexte que je juge délétère, que je me suis imaginé écrire une lettre ouverte à Mark Zuckerberg, pour lui dire qu’il nous a sûrement volé un peu de ma curiosité, de mon insouciance et qu’à vouloir nous sociabiliser, il nous aurait peut-être au final désociabilisés.

Lettre ouverte à Mark Zuckerberg - Facebook arme anti-sociale ?

Je fais référence à l’utilisation privée du réseau social et non professionnelle.

N’hésitez pas à partager cet article sur vos réseaux sociaux pour ouvrir la réflexion

N’oubliez pas l’humain, partez à sa rencontre

Ne vous cantonner pas à découvrir le monde au travers d’albums photos ou de filtres. Utilisez ces réseaux pour interagir, communiquer et développer du relationnel afin de partir à la rencontre des autres. Cet article écrit en 2015 m’a permis d’évoluer. J’ai décidé de ne plus être spectateur de certains profils, mais d’interagir avec certains de mes anciens amis, de profiter de mes passages à proximité pour les revoir … et alimenter ce contact humain qui m’est cher.

1 commentaire Facebook : norme sociale ou arme anti-sociale ?

  1. Marco

    Très bon article.
    La conséquence logique de ce constat serait … de se désinscrire de Facebook. Tout simplement! Soyez libres! Libres de cette vision du monde qu’on cherche à nous imposer. Reprenez votre perception en main pour être vous-mêmes, pour vous faire votre jugement dans la réalité, pas sur l’écran de votre smartphone. Vous verrez que ceux qui se cachent derrière des posts valorisants sont en réalité bien peu sûrs d’eux et méritent en réalité qu’on s’intéresse à eux! Et parfois qu’on les aident.
    Soyez libres!

    Repondre

Laissez un commentaire